Les peluches, ces merveilleux complices pour bien grandir

Les peluches sont essentielles dans la construction des enfants et dans leur accès à l’autonomie. Elles ont une fonction rassurante et les aident à affronter un monde changeant et parfois angoissant.

Les toutes premières peluches ont vu le jour à la fin du XIXe siècle en Allemagne, mais l’emblématique ours en peluche à l’origine de leur succès cache une histoire surprenante.

Retour sur l’historique de la peluche et de son développement au cours du XXe siècle, vous verrez, c’est une aventure passionnante, avec un parallèle intéressant à établir avec l’évolution de la société elle-même.

Qui a bien pu inventer les peluches ?

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il semble que l’ours en peluche a été inventé en même temps à deux endroits très éloignés et sans concertation entre les différents créateurs.

Le premier ours en peluche est Allemand !

Selon les Allemands, le tout premier ours en peluche s’appelle Friend Petzy, né dans les mains de Margarete Steiff, fondatrice de la marque de jouet Steiff et référence mondiale de la peluche.

Cette femme souffrant d’une paralysie due à la poliomyélite a pris, contre l’avis de ses parents des cours de couture afin de devenir autonome. En 1877, elle fonde une affaire de feutre, correspondant aujourd’hui à un atelier de couture. En véritable visionnaire, elle recycle déjà à l’époque des restes de tissus pour créer ses jouets.

Une image de revue comme source d’inspiration

Malgré le handicap sévère qui l’oblige à se servir de sa machine avec son seul côté gauche, Margarete obtient un franc succès avec son commerce. En 1880, elle imagine des coussins en forme d’éléphant en s’inspirant d’une image qu’elle a découverte dans une revue.

Les enfants adhèrent immédiatement au projet, alors elle continue ses créations avec d’autres animaux. Le premier catalogue Steiff est imprimé en 1892 et dès 1901, la marque s’exporte aux États-Unis.

Naissance de l’Ours PB 55 après une visite au zoo

La marque Steiff est une histoire de famille et Richard Steiff, neveu de Margarete, va jouer un rôle central dans l’histoire de la peluche-jouet. Après une visite au zoo de Stuttgart, il revient avec des croquis et les confie à sa tante qui fabrique le premier ours en peluche dont le prototype porte le nom de code Ours PB 55. Le succès est total et en 1907 la production dépasse le million d’exemplaires.

Ah non ! Le premier ours en peluche est Américain

En réalité, le premier ours est aussi Américain ! Michel Pastoureau explique d’ailleurs dans son ouvrage « Ours : histoire d’un roi déchu » qu’au même moment, sans qu’il y ait de contact, ni d’échanges, l’ours en peluche et célèbre Teddy Bear est né de l’autre côté de l’Atlantique.

Hommage à un président au grand cœur avec l’ourson Teddy Bear

À cette époque, on chasse l’ours, et lorsque la partie de chasse finit sans butin, on offre aux participants un lot de consolation épouvantable. C’est ainsi que le président des États-Unis, Theodore Roosevelt se retrouve face à un ourson sans défense pour satisfaire son instinct de chasseur. Il refuse de le tuer et Clifford Berryman dessine une caricature de cet instant qui fera le tour des journaux de l’époque.

L’ours Américain articulé est né

Rose et Morris Michtom s’inspirent de cette histoire pour créer un ours en mohair, dont les membres sont articulés. Leur entreprise Ideal Novelty and Toy company produiront ensuite des ours en peluche et des répliques du prototype jusqu’en 1984.

Marcel Pintel nous offre le premier nounours français

Bien connue des collectionneurs de jouets anciens, la marque Pintel a été la première, en 1921 à proposer des ours en peluche dans sa collection de jouets bourrés et mécaniques. Son principal concurrent, FADAP lui emboîte le pas en 1925, les deux marques étant les principales références pour les amateurs d’ours en peluche anciens.

L’ours en peluche Pintel ne présente pas de bosse dorsale comme l’ours allemand. Selon les modèles, il arbore un sourire triste ou un air sévère. Dans les années 1970, cette même entreprise fabrique l’ours Colargol, vedette d’une émission de télé destinée au jeune public.

Depuis le début du XXe les peluches sont en constante évolution

D’abord confectionnés à partir de bouts de tissus usés, puis de mohair, les ours en peluche ont traversé l’Histoire. Ils sont devenus les témoins d’époques successives plus ou moins heureuses pendant lesquelles leur fabrication en dit long sur l’évolution des modes de vie.

Les ours en peluche des années 20

Dans ces années, les yeux en verre remplacent les traditionnels boutons de bottine, ce qui donne aux peluches un aspect plus vivant. Leur pupille noire et profonde est associée à un iris coloré et elles gagnent en personnalité. En 1921, le créateur de miniatures Schuco crée un modèle Oui/Non, capable de bouger la tête de haut en bas et de gauche à droite.

Après 1930, les ours en peluche gagnent en souplesse et en originalité

Au départ, les fabricants utilisent de la paille pour bourrer les peluches, ce qui leur donne un aspect et un toucher plutôt rude. On va la remplacer par du kapok, une matière végétale plus souple et les peluches sont désormais agréables à manipuler.

Le mohair étant une matière facile à teindre, les peluches vont se parer de couleurs avec des modèles bleus, rouges, verts ou encore mauves. Les gammes des beiges, des marrons et des noirs et blancs sont encore très présentes sur le marché.

Des peluches inventives pendant les années de guerre

Pendant la triste période de la Seconde Guerre mondiale, les restrictions obligent les fabricants à innover et à imaginer l’utilisation d’autres matériaux. C’est ainsi que la laine de mouton, les couvertures usées ou encore la bourre de coton vont entrer dans les processus de création.

Les années 50 et leur lot d’innovations

Ce sont les années au cours desquelles les principaux changements apparaissent dans la fabrication des peluches pour enfant. Le nylon fait une entrée remarquée dans le milieu du jouet, rendant possible la création des premières peluches synthétiques. Tissé ou tricoté, il est associé à un rembourrage en mousse synthétique ou en latex. Les yeux de verre sont remplacés par des éléments en plastique noir ou coloré.

Depuis 1970, la sécurité est au cœur du processus de fabrication

Aujourd’hui, tous les produits destinés aux enfants sont testés par des laboratoires spécialisés et indépendants pour répondre aux normes de sécurité en vigueur. Cela suppose que les yeux sont solidement fixés, et les matières inflammables comme les copeaux synthétiques sont remplacées par de la ouate polyester.

Les normes sont drastiques et visent à éviter que l’enfant ingère un composant (œil, grelot, etc.), arrive à ouvrir la peluche (coutures résistantes) ou risque de se brûler avec un matériau inflammable.

Une peluche doudou pour aider les enfants à grandir

Doudou

Lorsque la peluche se transforme en doudou, c’est le signe que l’enfant l’a complètement adoptée. Pour lui, c’est un objet précieux qui l’accompagne dans toutes ses découvertes et avec lequel il tisse un lien privilégié, de l’ordre de l’intimité.

Seul un doudou sait réconforter et rassurer

Lorsque les parents laissent l’enfant seul dans sa chambre, le doudou aide le jeune enfant à mieux vivre cette séparation et lui donne un sentiment de sécurité. Cela lui permet d’expérimenter la solitude sans angoisse. En fait, le doudou est un pont entre ce que l’enfant connaît (ses parents, son environnement, etc.) et l’inconnu (les changements dans son quotidien).

Un objet transitionnel important dans la construction de l’enfant

Pendant la période où l’enfant assimile qu’il est une personne à part entière, c’est-à-dire entre 12 et 18 mois, le doudou joue un rôle central. Grâce à lui, l’enfant se risque à explorer de nouveaux territoires et s’essaye à des expérimentations sous les yeux bienveillants de ses parents.

La question délicate du lavage du doudou

Parmi les choses qui rassurent l’enfant et que les adultes apprécient nettement moins, son odeur ! Les petits sont réceptifs aux différents parfums auxquels ils sont habitués, comme celui du lait maternel, de ses parents ou encore du savon lors de la toilette. Il en est de même pour le doudou à qui ils associent des odeurs participant à leur confort émotionnel.

Les enfants ne sont pas tous exigeants de la même façon en ce qui concerne l’hygiène de leur doudou. Il est possible de les habituer très tôt à laver régulièrement la peluche en leur proposant un doudou identique pour faire le lien. Si les enfants arrivent à passer de l’un à l’autre, alors vous aurez gagné le droit de laver le doudou en machine pour le faire renaître comme au premier jour !

Les peluches préférées des enfants

Dès le plus jeune âge, l’enfant a ses propres goûts et décide lui-même quelle est la peluche qui va l’accompagner dans toutes ses explorations et le consoler quand il en aura besoin.

Les peluches-animaux sont les reines des chambres d’enfants

Peluches-animaux

Les peluches représentant des chats semblent déclencher de véritables coups de cœur chez les enfants et ils sont déclinés en une multitude de propositions. Les rondouillards, les réalistes et les très doux rivalisent avec les malicieux, les trop mignons ou encore les Siamois et les lynx.

Dans le monde idéal des peluches, les chiens, lapins, tigres, tortues ou dauphins côtoient les pandas, lions, flamants roses et dinosaures.

Découvrez notre sélection de peluches-animaux ici !

Les personnages imaginaires

Les peluches licorne et d’autres animaux fantastiques permettent aux enfants de faire travailler leur imaginaire. C’est aussi le cas avec des petits monstres adorables à croquer ou de drôles d’associations comme le cochon volant. Certaines peluches sont issues de la rencontre improbable entre plusieurs animaux, c’est le cas du lapin-renne qui est né dans l’esprit d’un créateur original.

Les peluches XXL

Elles sont gigantesques pour le petit enfant, c’est pour cette raison qu’elles jouent un rôle protecteur et rassurant. Quel bonheur de se lover entre les douces pattes d’un ours géant ou de se reposer en posant délicatement la tête sur un dauphin XXL !

Pour les enfants, il est particulièrement grisant de chevaucher un dinosaure géant ou d’enjamber une peluche girafe pour vivre un moment de bonheur et de complicité, tout simplement.

Shop now

You can use this element to add a quote, content...